À propos

Comment reprendre sa vie en main ?

Etre bien dans sa vie, dans sa peau, ouvrir d’autres perspectives d’avenir .

Il n’y pas si longtemps, j’ai entamé cette même remise en question, voici ce qui l’a provoqué :

Par deux fois , le spectre du Burn-out est venu me drainer.

La première fois, j’avais 27 ans,

Gestionnaire de dossiers dans une équipe de 4 , je me suis retrouvée seule.

Ma chef voyait la situation, les dossiers qui s’accumulaient, les appels qui n’en finissaient pas, mais elle avait confiance en moi, j’allais gérer et maîtriser la situation ;

J’adorais mon métier, mon équipe, je voulais montrer que j’allais tout gérer, demander de l’aide ? pas question, et pourtant , logiquement , moi qui aimait tant maîtriser les choses , j’ai commencé à perdre le contrôle, de mon corps, de mes émotions, j’avais honte , me sentais coupable , ma mémoire et ma concentration tout allait de travers je n’arrivais plus à suivre.

Mon corps m’envoyait des messages clairs et répétitifs d’épuisement, je n’ai voulu les écouter , après tout cette situation était passagère , ça ira mieux demain !

Des personnes sont venues renforcer l’équipe et pourtant la situation ne s’est guère améliorée. ;

En quelques mois , je me suis vue dépérir, je me suis isolée de mes amis, je parlais de la situation mais obtenait un « bon courage en retour », je me sentais incomprise, ne me sentais plus à ma place, remettais tout ce en quoi j’avais confiance en question, j’avais perdu confiance en moi.

Vu mon état, j’ai été mise au repos par mon médecin et sous anti-dépresseur, le traitement m’a permis de prendre du recul, l’arrêt de travail a eu un effet positif sur mon état de fatigue physique, il a par contre, intensifier ce sentiment d’isolement et d’incompréhension, je ne comprenais pas ce qui s’était passé.

J’avais presque l’impression de profiter de la situation, d’abandonner mes collègues , un jour ma cheffe a débarqué chez moi, alors que j’étais en incapacité de travail, elle voulait comprendre ce qu’il se passait.. l’intention était bonne mais mon sentiment de culpabilité encore renforcé , pourquoi moi ?, pourquoi tout ça !, je voulais que cette situation s’arrête, j’étais perdue !

Après quelques jours de repos, j’ai retrouvé mes forces et avec elles un peu de stabilité, j’ai repris le travail .. mes fondations avait été mises à mal , quel était le sens de tout ça ?.

La remise en question ne venait que de commencer.

La seconde fois, j’avais 33 ans, je revenais en poste, après trois ans d’interruption de carrière passée à l’étranger, j’étais partie à mon top niveau, je revenais et j’avais tout à reconstruire et à prouver.

Le fonctionnement du service avait changé, j’avais de nouvelles collègues, de nouvelles procédures et règles légales à intégrer, etc j’avais envie que tout se passe au mieux.

Mais l’envie n’a pas suffit, moi qui suit perfectionniste, j’ai vite perdu pied,, la pression était forte, celle de mon employeur, qui voyait en moi une valeur sûre et celle que je me mettais.  Trois ans plus tôt je maîtrisais ce job et là je ne me sentais plus à la hauteur.

Plus je faisais d’efforts, plus ma concentration et ma mémoire lâchaient , j’étais l’ombre de moi-même, j’assumais les apparences, mais j’étais comme une coquille vide, l’équipe avait confiance en mes compétences, moi non.

J’étais une marmite prête à exploser , je rentrais chez moi agressive, désagréable, invivable, je ne voulais plus voir personne, j’exprimais cet inconfort, encore une fois je ne comprenais pas pourquoi mon corps ne suivait pas !, pourquoi cette situation revenait encore .

Cette situation a perduré quelques mois, j’étais mal dans ma peau, dans ma vie, à nouveau en perte de repères.

Engouffrée dans un tunnel au bout duquel je ne voyais plus de lumière , plus d’espoir.

Je n’en pouvais plus de cette situation, j’étais à bout .., un matin, l’on m’a annoncé ma mutation, j’ai implosé! j’ai pleuré pendant des heures sans pouvoir m’arrêter , je n’arrivais plus à gérer.

Isolée de mes amis, incomprise surtout, psychologiquement à bout, j’ai eu la force de rebondir , de trouver les professionnels (psychologues et coachs ) qui ont su m’orienter sur la voie de la *guérison* principalement en me faisant prendre conscience de mon fonctionnement , en m’aidant à me redécouvrir (en terme de besoins, valeurs, besoins ..) et en renforçant mon estime , ma valeur, ma confiance en moi, laquelle avait été réduite à néant suite à ces épreuves.

Cette période de burn-out fut longue, elle a mis en danger mon équilibre physique, psychique et familial car l’enfer est pour soi, mais il est aussi pour les autres.

Le passage au purgatoire fut long mais salvateur, il m’a permis de me retrouver , de retrouver un sens à ma vie, celui d’aider les autres, de vous aider à sortir de votre propre enfer ou à vous créer un nouvel eden.